« Cancer : une Toulousaine crée une prothèse de sein innovante »

Source La Dépêche 03/11/2016

« Leonarda Sanchez-Comte travaille depuis 5 ans sur la création de la première prothèse mammaire externe sur-mesure qui reproduit le poids du sein retiré aux femmes qui ont subi une mastectomie.

Chaque année, entre 15 000 et 20 000 femmes subissent une mastectomie en France suite à un cancer du sein, selon la Ligue contre le cancer. Seul un tiers d’entre elles bénéficie ensuite d’une reconstruction chirurgicale du sein. Les autres ont recours à des prothèses externes en silicone qu’elles glissent dans leur soutien-gorge.

«Le problème, c’est que ces prothèses reproduisent le volume du sein, mais pas son poids. Or, un sein de bonnet B ne pèse pareil selon qu’on ait 45 ou 65 ans. Ces prothèses entraînent donc un déséquilibre postural et des douleurs dans le dos chez 78 % des femmes qui ont eu une mastectomie», regrette Leonarda Sanchez-Comte.

Silicone made in Toulouse

Cette Toulousaine travaille depuis 2011 sur le développement de la première prothèse mammaire externe lestée de silicone qui reproduit non seulement le volume, mais aussi le poids, la couleur et le mamelon du sein qui a été retiré.

L’idée a germé dans le cerveau de cette diplômée en économie originaire du Nicaragua, alors que l’une de ses amies a du mal à trouver des prothèses adaptées. «J’ai commencé à bricoler une prothèse dans ma cuisine avec du silicone alimentaire pour la dépanner», raconte-t-elle.

Touchée par le sujet, Leonarda Sanchez-Comte décide de créer en 2011 la société New Team pour développer une prothèse sur-mesure et abordable baptisée Avanti. «Le confort n’est pas un luxe, mais une nécessité pour une femme après un cancer du sein», assure-t-elle.

Depuis, Leonarda Sanchez-Comte a travaillé avec le fabriquant toulousain de silicone Gaches Chimie pour créer des formules spécifiquement adaptées à cette prothèse.

En 2014, avec l’aide financière de la région, elle a déposé un brevet au niveau national auprès de l’INPI puis pour 152 pays du monde en 2015.

Aujourd’hui, le projet est passé à la vitesse supérieure. Une société de Rhône-Alpes spécialisée dans les prothèses en silicone travaille aujourd’hui sur le prototypage industriel de l’objet pour permettre sa production à grande échelle.

Financement participatif

Pour financer ce prototypage et la production en petite série des premières prothèses qui passeront les tests préalables à la commercialisation, Leonarda Sanchez-Comte a lancé il y a un mois une campagne de financement participatif sur Ulule.

La prothèse devrait être mise sur le marché dès l’an prochain autour de 180 euros, soit le prix moyen des prothèses standard actuelles. Et sa créatrice voit grand puisqu’elle envisage déjà de commercialiser ses prothèses à l’export à très court terme.


Repères

Le chiffre : 15 000

à 20 000 femmes >subissent une mastectomie en France chaque année. Seul un peu plus d’un tiers d’entre elles peuvent ensuite bénéficier d’une reconstruction chirurgicale du sein. Une grande majorité des autres utilisent des prothèses externes.